Home Carnets de route Nouvelle Zélande

Nouvelle Zélande

Du 1er au 13 février 2012

12 février : pérégrination en terres maories

Après la découverte des volcans, nous sommes allés toucher du doigt l’activité géothermique intense du centre de l’île du nord. La culture maorie est ici très présente depuis des centaines d’années. Nous avons rencontré les habitants d’un petit village thermal qui nous ont fait partager leur quotidien dans cet environnement atypique, au son des chants maoris. Voir le reportage complet en cliquant ici

*****************************************************************************************************

7 février : le circuit nord ou la Procession du Tongariro

C’est sous un brouillard dense que nous arrivons à Whakapapa, village qui abrite le département de conservation du Parc National du Tongariro. Il faut dire que depuis notre arrivée en terre néo-zélandaise, nous n’avons pas vu beaucoup de ciel bleu. Les locaux ont ici coutume de dire que l’on peut vivre les 4 saisons en une seule journée. On en est à 3 sur 4 pour l’instant et on ne sait toujours pas à quoi ressemble l’été ! (bien que nous sommes en février, équivalent d’un mois d’août français). Qu’à cela ne tienne, nous partons pour 4 jours de randonnée au cœur du Parc National du Tongariro, réputé pour être l’un des plus beaux parcs volcaniques au monde.

Après une première journée sous la pluie et une soirée très sympa au refuge avec des néo-zélandais, on entame le deuxième jour la traversée mythique des 3 volcans (le fameux « Alpine Crossing »)… toujours sous la pluie, avec le brouillard en prime.  Départ à 8h20. Derrière le brouillard se détachent non pas une, deux… mais 50 silhouettes qui marchent  le long du sentier. On prend peur, mais on se joint à la procession dans la mesure où il est impossible de faire autrement : il n’y a qu’un seul sentier ! Il y a surtout tous ces gens qui ne savent pas marcher. Ils accélèrent, courent presque sur 50 mètres, puis on les retrouve plus haut, mains sur les hanches en train de cracher leurs poumons. Cette façon de marcher, ajoutée au brouillard, démultiplie le sentiment d’envahissement. Rien de bien intéressant à dire sur ces fameux volcans car nous ne voyons littéralement rien. Le brouillard à couper au couteau nous cache la vue, mais ne nous épargne pas les hordes de japonais (entres-autres !). C’est un défilé de joggings, shorts moulants (par 5°C), chaussures de ville « Diesel », baskets en toile, chaussures de marche premier prix avec l’étiquette qui pendouille, sac plastique à défaut d’un K-way….Bref, du grand n’importe quoi qui nous donne à réfléchir sur les conséquences de l’aménagement de la montagne et cette politique de l’accès à tous.

Après 2h au refuge, dame météo nous fait une fleur. Le ciel dévoile une vue époustouflante sur le lac de Taupo. La magie de la montagne opère pendant la nuit car au réveil, à l’aube du 3ème jour, c’est sous un ciel dégagé qu’on fait nos premiers pas. Motivés, nous décidons de poser les sacs au pied de la montée au cratère rouge et de refaire l’ascension. C’est donc seuls au monde (ça n’a pas de prix !) et avec un peu de soleil qu’on découvre les 3 lacs émeraudes en contrebas du mont Tongariro. Le cratère rouge montre sa couleur et ses reflets sous la blancheur des fumerolles de souffre. Au loin, on aperçoit la suite du sentier au milieu d’une ancienne coulée de lave. Nous partons le cœur léger, réconciliés avec les volcans et l’esprit apaisé par tant de beauté.

Pour voir le compte-rendu complet et détaillé de ces 4 jours de randonnée cliquez ici.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Get in Touch

Laure et Olivier

  • Nouvelle Zélande
  • Nouvelle Zélande
  • Nouvelle Zélande