Home Carnets de route Laos – Bike, Boloven and 4000 Islands

Laos – Bike, Boloven and 4000 Islands

Du 20 novembre au 14 décembre 2011

14 décembre 2011 – Dans la quiétude de Don Det

Le Mékong, ce fleuve majestueux, est comme le fil rouge que nous suivons dans notre découverte du Laos. Ici, dans la région de « Siphandone » (les 4000 îles), il s’éclate en de multiples îlots et forme par endroits des chutes capricieuses et des îles habitées. Nous posons nos sacs à Don Det, une petite île aux allures de bord de mer. Pins, cocotiers, bananiers, maisons sur pilotis, aux pieds desquelles bercent les pirogues attendant la prochaine sortie de pêche. Bref, tout ici respire le calme, la sérénité. Le temps est comme suspendu.

Pour profiter de cette tranquillité, c’est à vélo que nous découvrons l’île et sa voisine, Don Kone, reliées entres elles par le pont sur lequel passe l’ancienne ligne de chemin de fer crée par les français à la fin des années 20. Petite pause aux  belles chutes de Li Phi qui creusent un canyon profond où le fleuve s’engouffre avec force et volupté. Le temps pour nous d’échanger quelques mots et fous rires avec un perroquet ( si, si !!) et pour Olivier de semer la petite laotienne de 3 ans, haute comme trois pommes, qui s’est soudainement prise d’affection pour lui et qui ne se console pas de nous voir partir. Le retour par la forêt puis les rizières sous les dernières lueurs du jour nous offre un coucher de soleil d’une beauté saisissante !

Au petit matin, nous embarquons en pirogue avec King et son assistant pour une partie de pêche sur le Mékong. Petit indice : on n’est pas rentré bredouille…

****************************************************************************

12 décembre 2011 – Poursuite du périple à cinq

Notre itinéraire à vélo fini, nous posons nos sacoches à Paksé pour quelques jours, le temps d’attendre la famille d’Olivier qui nous rejoint pour un mois. Nous partons à la découverte du village de Champasak et du célèbre site du Wat Phou, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Un peu de culture nous fera du bien après plusieurs semaines sportives !

Odile, Fab et Amélia arrivent enfin au soir du 9 décembre. Fraîchement sortis du tuk tuk, on s’attable déjà au programme des prochains jours. Le lendemain, nous louons trois mobs direction le plateau des Boloven pour 2 jours de découverte sur les routes et les pistes. Le vent et les nuages refroidissent un peu la balade, mais les paysages sont magnifiques sur ce plateau qui s’élève à 1300m d’altitude et qui offre à perte de vue des champs de café et de thé entrecoupés de petits villages traditionnels. Les bâches sont tendues dans les cours et les jardins et les grains de café sèchent en attendant la torréfaction. L’odeur est curieuse. On ne sent pas le café, mais plutôt le fruit rouge d’où sont extraits les grains. Quelques tasses de café plus tard, nous prenons la direction de la mythique région des 4000 îles.

****************************************************************************

7 décembre 2011 – Du nord au sud en quelques coups de pédales

« You have to pay ! 2 bicycles ! No pay, no boat !! », nous assène le vendeur du guichet de l’embarcadère de Houay Sai…en bon lao qui se respecte, il se met nos 200 000 kip (20€ !) dans la poche droite de la chemise, tandis que les autres billets vont dans la poche gauche du pantalon…sans doute pour le gouvernement (SIC) ! Welcome in Lao People Democratic Republic !!

Ce n’est pas que nous avions oublié le fonctionnement du bakchich et la politique du « Bo Pen Nyang » (« pas de problème ! ») pendant nos 15 jours de pédalage sur les routes thaïes, mais ce gentil monsieur de l’embarcadère nous a vite remis sur les rails.

Bref, nous ravalons notre fierté, nos 20€, et on vérifie à deux fois que les vélos sont bien accrochés (avec 12 bouts de ficelles qui permettent d’en faire une grande) sur le toit de la pirogue. Nous descendons ainsi le Mékong pendant deux jours jusqu’à Luang Prabang en compagnie de Yoan et Julie (les lousloustour.com,  ça ne s’invente pas !!) et Alain et Arlette, jeune couple sexagénaire, anciens chercheurs en anthropologie sociale, ce qui nous vaut des histoires formidables sur leurs innombrables voyages en Asie! Nous arrivons de nuit à Luang Prabang et c’est à peine si nous reconnaissons la ville, où nous étions un mois auparavant. Magasins et bars à billards ont ouvert entre-temps pour accueillir le flot de touristes qui a triplé !!! Nous ne resterons que le temps de tester le sauna de la croix rouge lao et nous prenons la célèbre route n° 13 direction Ventiane, qui se situe 385km plus loin.

Après 79km, mais surtout 1700m de dénivelée positive, nous arrivons à Kiewkacham pour la première étape de cette traversée du Laos. Sur la route, au détour d’un virage on aperçoit deux vélos chargés et deux silhouettes sous une hutte. Martin et Katarina, deux suisses et cyclos voyageurs, sont en pleine pause déjeuner ! Ils sont partis à vélo de Suisse il y a 14 mois…bon… nous, avec nos 15 jours en Thaïlande, on se sent un peu petits à côté !! On les retrouvera au repas du soir dans une guest house avec un sud coréen lui aussi en vélo (qui ne parle pas un mot d’anglais, ce qui ne l’empêche pas de nous tenir des grands et longs discours… que personne ne comprend bien sûr !)

Petite image gravée dans nos têtes : notre départ le lendemain, au petit matin, direction Kasi, dans la brume du marché où se mêlent les gens et les échoppes, où nous fendons la foule pour nous frayer un passage. Encore une dure journée avec 1450m de dénivelée (toujours positive) et quelques 95km parcourus. Souvenir d’une pause midi où 4 femmes passant au bord de la route s’arrêtent auprès de nous pour discuter (en lao !) et étudier de près notre carte routière (en anglais) pour nous indiquer la direction (toujours en lao)!

La route s’aplanit ensuite pour notre troisième étape de 58km jusqu’à Vang Vieng, rythmée par les hordes de gamins qui nous attendent au bord de la route pour notre jeu quotidien : nous taper dans les mains alors que nous filons à vive allure à travers le village.

« Dans l’enfer du Nord », petite référence cycliste pour décrire la quatrième étape : 155km pour rallier Ventiane, près de 8h de vélo et de nombreux passages en terre qui secouent. Il manque des centaines de portions de goudron sur cette route, à se demander s’ils ne la vendent pas par petits bouts! La journée a débuté à 6h30 du mat’ et au bout de 2h, une vis du porte-bagage d’Olivier cède. Nous sommes dans un petit village, et en moins de 2 minutes, nous devenons l’attraction principale. Un type nous regarde, s’approche, dit « Ok ! »… enfourche le vélo et part !! Une minute trente plus tard, le voilà qui réapparaît, porte-bagage réparé et un grand sourire aux lèvres d’avoir pu monter sur le vélo quelques instants. Une couture de la sacoche a également cédé, mais notre réparation de fortune tiendra jusqu’à Ventiane, le temps de trouver un tailleur qui nous fera la retouche pour 2€.

Las de notre journée précédente, on décide de tricher un peu et de prendre un bus jusqu’à Thakek et éviter ainsi 360 km de poussière et de circulation dense.

On s’est bien avancé, donc nous décidons fièrement de prendre les chemins de traverse quelques jours. Depuis Thakek, on s’embarque le lendemain vers l’Est, direction la frontière Vietnam  pour faire une boucle par les pistes. On passe dans un magnifique couloir karstique, puis par des routes de terre rouge et ocre splendides. L’émerveillement n’est que de courte durée car rapidement on se rend compte que rien n’est indiqué et que personne ne sait vraiment nous donner le chemin à suivre (ou plutôt tout le monde sait et donne son idée…ce qui ne nous avance à rien !!). Près de 110km plus loin, nous sommes de retour à Thakek, fatigués et surtout très sales.

Nous rallions ensuite Savanakhet en deux jours pour 140 km de ligne droite plate, plate, plate. Journée de repos en ce 2 décembre, jour de la fête nationale au Laos. (il ne se passe strictement rien, sauf que les magasins sont fermés et que les gens écoutent la musique à fond assis devant chez eux !)

Il nous faudra encore 3 jours et 252km, en alternant pistes et longues lignes droites goudronnées, pour arriver à Paksé, point d’orgue de cette traversée à vélo.

S’il est un souvenir que l’on retient de cette descente, ce sont les paysages qui nous offrent à chaque virage un panorama magnifique. La montagne du Nord Laos, en particulier, même si elle souffre de la déforestation grandissante, reste un bijou et biodiversité. Voyager à vélo nous permet de nous arrêter dans des endroits où très peu de « falangs » ne s’arrêtent. Des scènes de vie et des rencontres assez improbables, les gens qui crient « Sabaïdiiiiii !! », des petits marchés où il nous faut 15 minutes pour comprendre le prix des bananes…etc. En bref, que du bonheur fait de petits riens et d’un peu de tours de jambes.

5 Comments to “Laos – Bike, Boloven and 4000 Islands”

  1. Loic dit :

    Tombé sur votre blog par hasard en effectuant des recherches sur comment traverser le Laos à vélo.
    Actuellement seul en corée du sud, j’ai bien envie d’arpenter l’Asie et particulièrement ce pays.
    Merci beaucoup pour cet article qui m’a donné quelques réponses, je vois qu’il est récent en plus, signe du destin? =)
    Bonne chance pour la suite, je ne manquerais pas de lire les autres articles de votre blog !

  2. Claudie dit :

    Bonjour à tous,
    Super contente de savoir que les 3 savoyards sont enfin avec vous! et qu’ils sont en pleine forme. Les photos sont super!
    Continuez à nous faire rêver et voyager.
    Je vous embrasse tous très fort, une grosse grosse bise à Odile!

  3. Sylvie Cognet dit :

    Sabaidi,

    Bravo pour votre projet, qui me fait voyager à travers vos récits, vos photos et vos films.
    On ne se connait pas mais une personne qui compte pour vous vient de vous rejoindre et je voudrais lui envoyer pleins de baisers.
    Bises mon Odile !!!
    T’as trop de la chance profites bien des tiens et passes de bonnes fêtes.

  4. fabienne PUYS dit :

    Un gros gros bisous à vous 5. profitez bien de votre séjour ensemble. passez de bonnes fêtes. Vous lire est un réel plaisir et je voudrais être avec vous pour vivre ces belles aventures. Mais ma copine Odile (que j’embrasse encore plus) me racontera. JOYEUX NOEL

  5. Marie-Christine dit :

    Ca y est, Odile, te voilà à l’autre bout du monde ! Je t’envoie de gros bisous enneigés depuis La Motte Servolex !
    Bravo, Olivier et Laure, ce que vous faites est magnifique. C’est un réel plaisir que de suivre votre voyage. J’ai presque l’impression d’y être grâce à vos images, vos récits, vos vidéos et je vis en tous cas la réalisation de mon rêve en images.
    Bonne continuation à tous
    Marie

Get in Touch

Laure et Olivier

  • Laos – Bike, Boloven and 4000 Islands
  • Laos – Bike, Boloven and 4000 Islands
  • Laos – Bike, Boloven and 4000 Islands