Home Carnets dansés Laos – La danse Khon ou le Ramayana

Laos – La danse Khon ou le Ramayana

Théâtre Royal de Luang Prabang, Lao PDR

La danse khon fut la première forme d’art dramatique apparue au Laos, à l’époque où le pays se faisait encore appelé le royaume du millier d’éléphants. Cet art est également présent dans la région de “l’Isan” au Nord de la Thaïlande. La danse khon et son accompagnement musical sont d’ailleurs assez proches de la danse classique thaïe ou cambodgienne (danse khmer). La danse khon suit un code très précis et possède des personnages bien définis, puisqu’elle consiste à décrire des scènes du “Phralak Phralam”, aussi appelé le “Ramayana Lao” (directement inspiré du Ramayana hindou).

Chaque danseur incarne un personnage de l’histoire du Ramayana. Ils sont masqués, costumés de brocarts de soie et exécutent des danses codifiées, accompagnées par des musiciens, chanteurs et narrateurs. Ce genre, qui réussit une fusion entre théâtre, danse, musique, marionnettes, maquillage et costumes, s’apparente à un art pictural vivant. (On parle d’ailleurs aussi bien de théâtre « Khon » que de danse Khon »).

Un aperçu en images :

Formés très jeunes, les interprètes portent des masques d’une étonnante variété de formes, selon le personnage incarné : princes et princesses, singes, démons, ogres, et autres bêtes mythiques. Les singes sont grands, athlétiques et spécifiquement entraînés pour ce rôle. Un danseur sera d’ailleurs orienté vers un personnage en fonction de sa corpulence et de ses capacités physiques. Parmi les personnages les plus célèbres, on compte : Thotsakan (le roi des démons), Rama (le bon roi) et Hanuman (le singe guerrier). Tous les acteurs-danseurs adaptent ainsi leurs pas et leurs poses aux dialogues et aux chants d’un « chœur » indépendant, accompagné par un orchestre sur scène. La précision des mouvements est telle qu’il est impossible de distinguer ce qui est de l’ordre du jeu théâtral de ce qui est de l’ordre de la danse. Les deux sont intimement mêlés. De même, chaque geste a une signification particulière et est accompagné par des paroles précises, qui relatent un fait ou un dialogue.

Les costumes, réputés lourds et inconfortables, sont traditionnellement confectionnés sur mesure pour chaque danseur. Ils seraient même parfois cousus directement sur eux, en leur faisant tenir certaines des positions de la chorégraphie ! Les casques ou les couronnes qui surmontent la tête des danseurs sont souvent assez similaires. Ce qui différencie réellement les personnages c’est la richesse et la diversité des masques.

Les masques sont l’accessoire phare de la danse Khon. Ils peuvent varier d’une troupe à l’autre, mais sans jamais perdre leur incarnation d’un personnage précis. Le moindre détail compte. Les défenses recourbées sur un masque de démon vont signifier par exemple qu’il s’agit d’un personnage âgé.

Il existe plus de 100 masques de démons différents, divisés en 14 catégories ! La fabrication des masques tient du véritable artisanat d’art. Avant d’être officiellement porté par un danseur, on procède à une sorte de cérémonie religieuse pour « bénir » chaque masque confectionné. Cet art de confection des masques de danse Khon se transmet de génération en génération.

****************************************

Venons en à l’histoire du Ramayana

Le Rama, septième incarnation de Vishnou, raconte ses démêlés avec le démon maléfique Thotsakan, qui a capturé sa femme Sida. Une guerre, en somme, dont l’issue n’est pas écrite d’avance : du Bien ou du Mal, on ne sait pas lequel l’emportera… Nous avons assisté au deuxième épisode du Ramayana.

En voici l’histoire :

« Le cerf d’or et de l’enlèvement de Sida »

Thotsakhan exprime à son jeune frère, Malit, son souhait de posséder Sida, la femme de Rama. Il  projette ainsi d’enlever Sida dans la forêt proche du palais de Phralam, où elle réside.

Lorsqu’il aperçoit Phralam, Phralak et Sida, Malit se transforme en un magnifique cerf d’or qui se met à caracoler joyeusement devant eux. Sida est fascinée par la beauté de ce cerf et supplie Phralam de le lui capturer. Phralam essaie alors à maintes reprises de s’en emparer et pour  se faire, il s’enfonce de plus en plus profondément dans la forêt.

C’est alors que Phralak et Sida, restés en retrait entendent un long cri de détresse semblant venir de Phralam. Sida, demande à Phralak de voler à son secours. Mais Phralak se méfie de tout. Avant de partir au secours de son ami, il trace un cercle magique autour de Sida afin de la protéger de tout danger. Il lui fait promettre de ne jamais quitter le cercle.

Sida enfin seule, Thotsakan, qui observait non loin de là, profite du moment pour se déguiser en ermite afin qu’elle ne se méfie pas de lui. Il peut ainsi s’approcher et essaye en vain de transpercer le cercle de protection. Cependant, il prie et convainc Sida d’aller lui chercher de l’eau à la rivière qui coule à proximité. Le subterfuge fonctionne, car Sida sort du cercle pour aller chercher de l’eau au vieillard.

Mais Thotsakan ne peut se contrôler plus longtemps. Il dévoile son vrai visage. Sida étant sortie de son cercle de protection, elle est désormais prisonnière des bras de Thotsakan. Celui-ci l’emporte au royaume de l’île de Longka, son territoire.

Cependant, Sadayou, le grand Khout (aigle) qui volait non loin de là, entendit les cris désespérés de la jeune et belle Sida. L’aigle plonge alors d’un vertigineux piqué pour attaquer Thotsakan. Surpris par les assauts de l’aigle, Thotsakan lâche prise.

Cependant, Thotsakan ne s’avoue pas vaincu. Il sait que la bague que porte Sida peut le rendre invincible. Il s’en empare et la jette  à la face de Sadayou qui s’abat sur le sol, blessé. L’aigle ne s’en remet pas.

Thotsakan peut alors repartir librement avec sa captive, ne rencontrant plus aucune résistance.


Get in Touch

Laure et Olivier

  • Laos – La danse Khon ou le Ramayana
  • Laos – La danse Khon ou le Ramayana
  • Laos – La danse Khon ou le Ramayana